bidouilleur, né en 1971 . Travaille différents médiums autour d’un thème récurrent, la vie/la mort et la place de l’homme dans l’univers. La mort est un point essentiel dans son travail, la décrépitude des choses, montrer la matière, organique, qui se décompose, mais aussi la vie, car de rien il est un tout et tout est un rien …

Que ce soit en sculpture, en dessin ou photographie,il est sans cesse à la recherche de l’expérience et des limites . Créateur / Rédacteur de la revue Art & Cetera , membre fondateur du collectif ART-GROUPE [ collectif d’artistes luttant pour l’art pour tous,  sous toutes ses formes et loin des circuit contemporains] ( Saint Martin au Laert (62)), entre la sérigraphie, l’électronique (animation d’exosquelettes), le son,  les expériences diverses autour de la photo, street art , illustration, inSOlo visite et nous donne sa vision du monde, parfois pleine de rêverie mais souvent très sombre … Ayant pour référence Chomo, tout est excuse pour créer .

DSC05495

inSOlo travaillait dans le social sur le terrain avec des adolescents, il a été musicien dans un groupe punk/rock , c’est en 2012 qu’il franchit le pas et se consacre à plein temps à ses activités artistiques . Jusque-là, il les avait pratiquées en dilettante . Élève de l’école d’Art de Saint -Omer (62) mais aussi de Douai (59) où il se perfectionne dans le domaine de la céramique. Cuissons primitives, conduites de four à haute température, fabrication d’émaux . Touche à tout, il n’a pas peur des expériences, d’aller même plus loin au cœur de la chimie pour fabriquer ou transformer des produits de base pour ses travaux (nitrates d’argent , etc …) .Détenteur d’un certificat d’artificier, il travail même le feu et bien plus encore …

Repéré lors de l’exposition collective 2013 du centre culturel Balavoine à Arques (62), il expose au même centre en 2014, livrant une série « de l’homme à l’homme » il y présente un court métrage accompagné de 12 tableaux aux techniques mixtes (encollage / peinture /dessin …). En 2013, il est invité en résidence d’artistes à St Florent sur Auzonnet (Gard) ou il travaille pendant une semaine sur un projet de photographie utilisant des procédés anciens ( cyanotype / Van Dyck … ). Entre les temps forts, insolo expose dans différents lieux, Boulogne sur Mer, Lille, Etaples, Saint-Omer, … ), aux Talents d’Achille ( Boulogne sur mer ), il participe avec le collectif dont il est le fondateur, à des salons, des démonstrations publiques de techniques comme la sérigraphie ou les cuissons raku, fonderie et autres

techniques … En 2014, de nouveau invité , il retourne au Festival d’Art de St Florent sur Auzonnet, avec d’autres artistes, cette fois il travail la terre avec des méthodes dites « primitives » . Il continue son travail personnel sur l’humain, présentant des nouvelles séries de totems et de masques en terre cuite .

Début 2015, il participe au festival « BIZ’ART » en Belgique, présentant son travail sur l’humain et la vanité, dans ce festival d’art singulier, insolo est tout à sa place. Ensuite s’enchaînent les expositions, les performances, les collaborations …

En résumé inSOlo crée, avec tout et rien, tantôt du monumental, ou du tout petit, aussi bien à l’aise en travail collectif qu’en solitaire, aucune expérience ne l’arrête, mais toujours dans une recherche de la mise en beauté de la décrépitude, et un rappel constant de l’existence, peu importe le médium, il exprime sa vision du monde, de l’humain, de la vie et la mort, de l’univers et de ce court passage …

Tout est prétexte à créer !!! …

Tout support est bon …